L'Antre de la Moujuu : Team de Scantrad Index du Forum
Moujuu Woueb SiteS’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Point and Click

 
Répondre au sujet    L'Antre de la Moujuu : Team de Scantrad Index du Forum » Discussions en folie » Jeux Vidéos Sujet précédent
Sujet suivant
Point and Click
Auteur Message
Whitheaven


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2010
Messages: 7
Localisation: Nara

Message Point and Click Répondre en citant
Grand addict du genre d'une part, et n'ayant pas grand chose à faire de cet fin d'après-midi d'autre part. J'en profite pour faire un petit speech sur un genre qui a marqué mon enfance. Puis comme dans à peu près une semaine le remake d'un monument du genre va sortir. C'est le moment ou jamais.

Le genre


Selon un ami, le point and click c'est "un genre particulièrement ch**** où il ne se passe rien et où on passe son temps à écouter des guguss raconter leur vie". Bon, c'est pas complètement faux, mais tentons d'être plus objectif.
Le point and click est un genre à la première ou à la troisième personne mettant particulièrement en avant un scénario. La progression se fait à travers des dialogues entre le protagoniste principal et les amis ou ennemis que celui-ci rencontre, ainsi qu'à travers la résolution de puzzles plus ou moins complexes ou farfelus.
Il s'agit donc d'un type de jeu durant lequel votre meilleure amie sera votre souris (bien que certains hérétiques se soient fourvoyés à vouloir faire utiliser le clavier) et auquel on a souvent reproché sa trop grande linéarité, notamment parce que les puzzles/énigmes n'ont généralement qu'une seule solution.


Un peu d'histoire ...




Une petite touche culturelle ça fait toujours bien. En fait, je ne saurais dire quel est le tout premier jeu d'aventure. Mais il est assez simple de mettre en avant les jeux qui ont donné ses lettres de noblesse au genre.
Direction les années 1980 où deux grands groupes, à l'époque débordant de créativité, vont émerger et faire du jeu d'aventure leur marque de fabrique. Il s'agit des sociétés américaines Sierra Entertainment et LucasArts Entertainment. De nos jours, il est très rare d'employer le terme "entertainment" derrière ces noms et ce n'est pas la peine de se demande pourquoi... Non, j'avoue, ça c'était gratuit...



Concernant Sierra, leur premier jeu d'aventure se nomme Mystery House. Il est signé Roberta Williams et sort en 1980. Peut-être vous demandez vous à quoi cela peut bien servir de citer le nom de cette brave dame ? C'est qu'elle est notamment connue pour plusieurs jeux qui suivront dont la série des King's Quest qui débuta en 1984 et qui connaîtra pas moins de sept suites
En 1987 sort le premier Leisure Suit Larry. Beaucoup plus humoristique et "coquin" comme dirait ce cher Jean-Luc. La série est un véritable succès et le dernier opus est sorti en 2009. Ceci-dit, comptabiliser les "produits" sortis après le septième épisode ne rend pas vraiment honneur à la série. Aussi disons qu'elle s'est arrêtée en 1998 . Pour terminer, nous trouvons également la trilogie des Gabriel Knight dont le dernier est sorti en 1999 ou encore les deux Phantasmagoria.



Toutefois, hormis les Leisure Suit Larry, le ton des jeux Sierra était assez sérieux. C'est ainsi qu'en parallèle, à partir de 1990, les petits gars de chez LucasArts vont se faire remarquer en adoptant un style beaucoup plus décalé. En 1987, sortira Maniac Mansion dont l'excellent Day of the Tentacle, 1993, est généralement considéré comme la suite.
Puis de véritables petits trésors vont s'enchaîner.
A commencer par le mythique The Secret of Monkey Island sorti en 1990. Le jeu connaîtra une suite en 1992, également chapeautée par Ron Gilbert.
En 1992, c'est le comics de Steve Purcell : Sam & Max qui est brillamment adapté. Puis on peut encore citer Full Throttle, sorti en 1995. Dans un registre un peu plus sérieux, il serait dommageable d'oublier les années 1989 et 1992 qui ont vu paraître les adaptations du troisième film de la série des Indiana Jones : The Last Crusade et un épisode original The Fate of Atlantis.
En 1998, c'est un troisième Monkey Island qui voit le jour et bien que Ron Gilbert ne soit pas de la partie, les détracteurs de The Curse of Monkey Island, font part d'une grande mauvaise foi tant l'épisode est plaisant à parcourir. En 2000, un quatrième épisode sortira mais certains choix dans sa conception lui porteront préjudice. Effectivement, Escape From Monkey Island, plus que la 3D préférée aux dessins à la main mais assez convaincante, se voit surtout affublé d'un contrôle au clavier pas franchement adapté. Il faut quand même rappeler que le fait de ne jouer qu'à la souris permettait de cibler un public jeune ou non-habitué au contrôle clavier. Grim Fandango, bien qu'ayant su sortir son épingle du jeu tant il était bon, souffrait du même défaut déjà deux ans auparavant.



Toujours est-il que la difficulté à porter le genre sur console va le faire passer de poule aux oeufs d'or à une sorte de bête noir pour le géant qu'était LucasArts. On trouvera toutes sortes d'excuses telles que la linéarité inhérente au genre pour expliquer ce délaissement. Toutefois, bien que certains se complaisent à dire qu'il y a eu une longue période de "mort" du jeu d'aventure. C'est plutôt la longue éclipse du rayonnement des jeux LucasArts sur le point-and-click qui vont faire croire à une "disparition".

Car d'autres jeux d'aventure ont continué de sortir, notamment la trilogie des Discworld éditée par Psygnosis et s'étalant sur les années 95, 97 et 2000. Ces jeux adaptés des romans de Terry Pratchett n'ont rien à envier aux oeuvres de LucasArts. Toonstruck, sorti en 1997, était également un bel exemple de délire complet.
Puis Benoît Sokal mit également la main à la pâte dans un registre plus sérieux avec L'Amerzone sorti en 1999 ou encore Syberia 1 et 2, sorti en 2002 et 2004. Enfin, est-il possible de faire l'impasse sur l'excellent The Longest Journey mit au jour par Funcom en 2000 ?



Peut-on alors parler de RETOUR de la grande aventure lors de la sortie de Runaway en 2003 ? Il est vrai qu'entre 2000 et 2003, la période est excessivement calme pour les amateurs de point and click. D'autant plus pour ceux qui restent borner à croire qu'il n'y a rien eu de neuf depuis le retrait de LucasArts, passé du côté obscur de la force. Alors effectivement, peut-être que trois années de quasi-blanc dans une vie aussi riche et fulgurante que celle du jeu vidéo, c'est énorme.
En tout cas, ce coup marketing du retour de la grande aventure sera efficace puisque Runaway, bien qu'objectivement encore loin du délire lucasartien et proposant un protagoniste principal plutôt insipide, connaîtra un grand succès et se verra affublé de deux suites. Et fort heureusement pour ces deux suites, le héro aura pris du caractère et, par la même, la série Runaway pourra véritablement être reconnu comme un monument du genre, ce malgré un troisième épisode excessivement court.



A partir de ce succès, le point and click va commencer à refleurir un peu partout. La société TellTale Games, par exemple, réunissant quelques grands des anciens jeux LucasArts, va dépoussiérer Sam & Max et Monkey Island. LucasArts, sortant de sa léthargie va par là même réalisé le profit possible et timidement faire les remake des premiers épisodes de Monkey Island dont le second à ne pas manquer le 8 juillet prochain . Mais à quand l'audace d'une véritable suite ?
The Longest Journey connaîtra une suite : Dreamfall que l'on a encore voulu consoliser pour un genre qui le supporte assez mal. Ce qui n'empêchera pas les développeurs de s'étonner sur le succès mitigé de leur jeu...
Ce sont probablement nos voisins Allemands qui sont devenus particulièrement productifs dans le genre mais on ne peut pas dire qu'il y ait de grosse réussite pour le moment. On pourrait citer le studio Playlogic qui a par exemple dépoussiérer Simon The Sorcerer dont les deux premiers titres, les plus notables, s'étaient également fait connaître au début des années 1990. Il y a également So Blonde dont l'accueil fut très mitigé.
Il faut dire que les "boîtes" d'édition française semblent plutôt négliger le genre, et en dehors des Runaway, la qualité des doublages laissent souvent à désirer. Ainsi, même des titres prometteurs comme Vampyre Story sont laissés en VO sous-titré, ce qui n'est pas franchement très vendeur pour un public jeune, et français de surcroît. Toutefois, comme ce titre est présenté sous forme d'épisodes, peut-être une réédition française verra-t-elle le jour. On peut toujours espérer. De même pour des titres comme Edna Bricht Aus dont le charme et la singularité ont probablement trop effrayés nos chers éditeurs.
Enfin, je terminerai sur un futur titre : The Gray Matter, qui s'annonce plutôt prometteur.



Le jeu d'aventure au Japon


Oui car j'en terminais mais avec l'occident. Mais puisque nous sommes dans un site d'amateur de manga. Une petite touche japonaise ne peut pas faire de mal.
Tout d'abord, il faut rappeler que le micro-ordinateur et les consoles ont eu un destin bien différent d'un côté et de l'autre du globe. Ainsi, pour un amateur de jeu PC que je suis, quelle ne fut pas ma déception en arrivant ici... Le jeu d'aventure a cela de bien qu'il y a tellement de texte que pour apprendre une langue, cela peut s'avérer assez efficace et amusant. Je me suis notamment beaucoup amélioré en anglais avec Dreamfall. (Si, si). Tout cela pour dire que je m'étais posé la question de savoir s'il y avait quelques versions japonaises des titres occidentaux majeurs. Mais "nos" jeux d'aventure en version japonaise sont quasiment inexistants.
Cela veut-il dire que le jeu d'aventure n'existe pas ? Pas tout à faire. Dans un rayon "jeu PC" grand public au Japon (c'est-à-dire non loin des jeux consoles), quand il y en a un, pour les trois-quarts : c'est de l'import. Ensuite, on trouve quelques jeux localisés hors de prix (Diablo II à 90 euros en japonais ça fait froid dans le dos, surtout en 2010 en fait), puis des RPG tellement beaux qu'ils ont dû être fait avec RPG Maker et encore, ce serait insulté ce logiciel bien sympathique.
Par contre, si vous trouvez un magasin "Jeux PC", en bon occidental que vous êtes, préparez vous pour une petite tranche de rigolade. C'est bien simple, les magasins de jeux PC, c'est un peu comme beaucoup de magasin de "DVD". C'est d'abord assez étroit par rapport à la quantité de produits, mais ça c'est plutôt fréquent dans tous les cas. Il y a une majorité d'hommes. Jusque là rien de vraiment surprenant dans une boutique de jeux vidéo même si les tendances changent. Et enfin, je dirais même "surtout", les trois quart des jeux sont estampillés "Interdit aux moins de 18 ans".
Oui c'est un peu là que ça surprend. Vous entrez simplement chercher un jeu par curiosité, et vous vous retrouvez immédiatement dans un magasin "pour adultes". Ca tombe bien, j'en étais un, mais je ne pensais pas que ce serait nécessaire en entrant.



Le jeu d'aventure japonais, à l'instar du jeu occidental, mise beaucoup sur les dialogues. Non, en fait, il ne mise QUE sur les dialogues. Tout l'aspect puzzle et énigme est complètement mis de côté, d'où leur nom assez usité de "Novel Games". Ces jeux fonctionnent donc sur un principe d'échanges oraux entre le personnage principal et les autres protagonistes de l'histoire. Entre les dialogues se glissent généralement des parties de narration pour bien expliciter le contexte. Car il faut préciser que ces jeux ne fonctionnent que par une suite d'images fixes où apparaissent ou non les personnages et où sont intégrés les dialogues. Il arrivent cependant parfois qu'il n'y ait que des décors où l'ont fait apparaître les protagonistes en superposition et dont l'apparence change en fonction de leurs émotions. Enfin, ces jeux fonctionnent également sur un principe de "questionnaire à choix-multiples" intégrés aux dialogues et qui influent sur la progression de l'histoire qui, elle-même, est généralement lotie de nombreuses fin différentes. Les joueurs ne sont donc pas complètement passifs et il s'agit bien d'un jeu.

Il ne faut pas oublier que les Japonais sont de grands lecteurs et ces "jeux-livres d'images" ont beaucoup de succès bien que l'on imagine difficilement leur sortie dans des pays occidentaux où ils seraient automatiquement taxés d' "ennuyeux à mourir" dans le meilleur des cas.



De surcroît, comme je le laissais entendre plus haut, une majorité de ces jeux sont des jeux de dragues dont l'apparition de la sexualité est plus ou moins flagrante. Malgré que cela paraisse stéréotypé, le cadre scolaire est très fréquent. C'est tout de même là que l'on passe la majorité de sa jeunesse, donc quoi de mieux pour s'identifier au personnage ? Puis quoi de mieux pour faire apparaître ce bon vieux fantasme de l'écolière ?
Ceci dit, il y a d'autres sortes de scénario mettant en avant des situations variées. Je suis assez scéptique sur l'existence de ce type de jeu pour les plus jeunes. Ce serait à vérifier. La sexualité est parfois simplement suggéré mais on trouve des jeux aux caractères pornographiques très nets, certaines boîtes en magasin sont assez folkloriques. Il y a visiblement du yaoi, sans doute du yuri. Enfin après les goûts et les couleurs...



Ce qui est amusant, c'est de remarquer que, vis-à-vis du jeune public, si les Américains ont des problèmes pour la violence dont font preuve beaucoup de leurs jeux, les Japonais sont eux plutôt confrontés aux problèmes de la sexualité.


Voilà, voilà, et bien ça va être l'heure d'aller manger !! Merci beaucoup pour ceux qui auront eu le courage de lire et encore plus à ceux qui commenteront car tout ceci est probablement un peu fouillis et très résumé.


Dernière édition par Whitheaven le Mar 29 Juin 2010 - 16:32; édité 1 fois
Mar 29 Juin 2010 - 12:11
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Mar 29 Juin 2010 - 12:11
Dèh Dze Wol'
Invité

Hors ligne




Message Point and Click Répondre en citant
toi, tu vas faire plaisir à mad.
Mar 29 Juin 2010 - 12:26
Didact
Moujuu Translator

Hors ligne

Inscrit le: 09 Nov 2009
Messages: 1 423
Localisation: Près d'Panam
Masculin

Message Point and Click Répondre en citant
Le point & click c'est un type de jeu génial mais trop peu mis en avant ces derniers temps. J'avais adoré l'univers farfelu des goblins, Ben de Full Throttle (Des minibus Ben ! Des minibus...!), ou encore l'excellent Woodruff avec le Schnibble d'Azimuth, et Escape from Monkey Land qui m'avait bien fait tripper malgré la 3D. J'avais tester une démo de Runaway mais j'ai jamais eu l'occasion de m'en faire un, j'y remédierai un de ces 4 j'imagine.

___________________________________
Dèh Dze Wol' a écrit:
aucune idée, je...j'ai...j'ai internet explorer...

Didact a écrit:
Je ne me suis jamais battue contre la censure quand c'est moi qui l'imposait.
Mar 29 Juin 2010 - 22:43
The Dude
Moujuu Admin

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2009
Messages: 6 254
Localisation: Marseille
Masculin

Message Point and Click Répondre en citant
Moi, j'avis testé X-Files et vite fait les Chevaliers de Baphomet, mais sur play, à la manette, et ça rend le gameplay très chiant.
Mais je voulais tester, Dracula 3, je crois, un des jeux les plus durs d'après jv

___________________________________
Monsieur Dèh a écrit:
j'ai les nerfs à vif, et je suis affreux avec tout le monde, et après je regrette, mais je m'excuse pas parce que j'ai honte
Mar 29 Juin 2010 - 22:55
Whitheaven


Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2010
Messages: 7
Localisation: Nara

Message Point and Click Répondre en citant
Ah les Goblins, j'ai un peu mis Coktel à la trappe pour le coup. Pourtant c'est sympa et assez différent des autres jeux du genre. Quasiment pas de dialogue, plusieurs personnages (en fonction du nombre de i Shocked), des puzzles à résoudre sous forme de coopération... Puis le tout est assez drôle et bien joli. Je n'ai pas encore essayé le 4 par contre. Quant à Schnible il est plus classique dans la forme, mais je l'ai fait il y a pas longtemps (ô joie de l'abandonware) et il est plutôt prenant.

Pour les jeux à la première personne, ça doit un peu transpiré dans ce que j'ai fait mais je ne suis pas un grand fan : Atlantis, Amerzone etc. J'ai plus de mal à saisir le cadre, peut-être que c'est plus immersif si l'on s'accroche mais j'ai jamais eu le courage. Ah si, j'ai dû faire Lost Eden. X-Files j'avais essayé mais je reste traumatisé de mon bonhomme qui s'écroule mort après être rentré comme un bourrin dans l'espèce de grange. Du coup je suis retourné à Torin's Passage. J'étais pas bien vieux faut dire .
Mer 30 Juin 2010 - 02:18
Wastheart


Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2010
Messages: 54
Masculin

Message Point and Click Répondre en citant
Les Chevaliers de Baphomet...je n'ai jamais fini le 1!  Neutral

Syberia... c'est juste magnifique. Okay

___________________________________
Knowledge is power...
Mer 30 Juin 2010 - 17:32
Contenu Sponsorisé






Message Point and Click

Aujourd’hui à 21:22
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    L'Antre de la Moujuu : Team de Scantrad Index du Forum » Discussions en folie » Jeux Vidéos Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com